Tendinite

Mercredi 14 Février 2007 22:00

Qu’est qu’une tendinite ?



Le tendon est une structure anatomique qui relie un muscle à l’os. Chaque muscle a un ou des tendons à chaque extrémité. Il est formé de fibres solides, un peu comme une corde, qui sont parfois le siège d’une inflammation, c’est la tendinite.

Elle est due à un mouvement répétitif, parfois dans une mauvaise position, ou un effort soutenu, ou encore des vibrations mécaniques.

Certains tendons sont entourés d’une gaine synoviale (la gaine synoviale permet d’éviter le frottement du tendon sur un os par exemple) ; l’inflammation de ces structures s’appellera teno-synovite.

L’inflammation chronique entraîne l’apparition d’une fibrose qui est un moyen de cicatrisation. La fibrose entraînera un épaississement du tendon, l’empêchera d’être totalement fonctionnel, les douleurs deviendront chroniques, le mouvement ne sera plus optimal, la guérison risquera d’être longue.

Une douleur révélatrice



Elle entraîne une douleur du tendon concerné au mouvement ou à la pression ; elle peut être assez invalidante, apparaître au moindre changement de position. Le médecin retrouvera cette douleur à la palpation, là où ça doit faire mal. La région peut être rouge et gonflée.

Des radiographies ne montreraient aucun signe sauf si la tendinite est ancienne auquel cas on pourrait apercevoir des calcifications.

L’échographie peut être utile aussi.







La mise au repos du tendon comme traitement



Le repos et des anti-inflammatoires non stéroïdiens (autre que la cortisone) seront prescrits.

La guérison est longue, elle est d’autant plus longue que la tendinite a été ignorée.

La douleur est la sonnette d’alarme, il faut faire les mouvements en sorte d’éviter la douleur, s’il y a douleur c’est que le tendon est pris à parti dans le mouvement.

Les mouvements passifs ne sont en règle générale pas douloureux, le tendon n’étant pas sollicité de la même manière que dans un mouvement avec opposition.

Dès l’apparition d’une douleur à un mouvement répétitif, il vaut mieux le cesser, ou changer de position. Evidemment, certaines activités devront être proscrites le temps de la guérison.

Mais il faut savoir qu’a contrario un tendon qui ne bouge plus se raccourci ; la rétraction diminuera l’amplitude du mouvement ; il faut éviter d’en arriver là en pratiquant des mouvements passifs.

Le traitement chirurgical ne pourrait être qu’un traitement de dernier recours.
Le tennis elbow



Le tennis elbow s’appelle aussi épicondylite : c’est la tendinite du coude des joueurs de tennis, des pianistes.

C’est une douleur de la partie externe du coude. Elle est très gênante non seulement dans la vie de tous les jours mais aussi bien sûr dans certaines activités comme le tennis, le piano, …

Même le repos n’est pas toujours efficace pour guérir de cette affection, il faut dire que le coude est particulièrement sollicité.

Il est possible de mettre une attelle pour soulager le tendon malade.

L’acupuncture, la mésothérapie, les ultra-sons sont parfois intéressants.

SantéQue faire en cas de tendinite ?
La tendinite n’est pas réservée aux seuls sportifs. Cette inflammation des tendons nécessite un repos absolu et si besoin un passage chez le médecin. Explications. (7 septembre 2004)

Envoyer à un ami Imprimer cet article
SOMMAIRE
Toute la santé
Tous nos focus

La tendinite est une inflammation des tendons, le plus souvent due à un surmenage. Les tendons sont en effet fortement sollicités pour transmettre aux os les mouvements engendrés par les muscles. Quand les tendons sont trop fatigués, la gaine les entourant, appelée synovie, s'inflamme.

Les tendinites surviennent surtout chez les sportifs, mais parfois aussi si l'on exécute des gestes répétitifs, comme le jardinage par exemple. Les tendinites ont souvent lieu au niveau de l'épaule, du poignet, du coude ou de la cheville. Elles se manifestent par une douleur lors du mouvement.

Il est préférable alors de cesser tout mouvement et mettre au repos les tendons : un bandage peut contribuer efficacement à l'immobilisation. Pour calmer l'inflammation, on peut poser un sac de glaçons. Si la tendinite provoque de vives douleurs, ou si aucune amélioration n'intervient au bout de quelques jours de repos, il est préférable de consulter un médecin. Celui-ci peut prescrire de séances de kinésithérapie et/ ou des médicaments anti-inflammatoires.

Enfin, une tendinite peut fragiliser le tendon jusqu’à la rupture. C'est notamment le cas de la rupture du tendon d’Achille. Ce cas, qui arrive souvent chez les coureurs réguliers, est un cas d’urgence, puisqu'il peut nécessiter de pratiquer rapidement une intervention chirurgicale.

QU'EST CE QU'UNE TENDINITE D'ACHILLE ?



Le tendon d'Achille est une puissante structure fibreuse, interposée entre le mollet (muscle triceps sural) et le pied.
Ce tendon joue le rôle d'un véritable levier, dont la force de traction se répartit sur toute la surface du pied.
Il s'enroule en grande partie autour du calcanéum (talon), qui lui sert de poulie, permettant la transmission des forces de contraction du quadriceps (cuisse) et du triceps (mollet) jusqu'au pied.

Les fibres qui le constituent sont très sensibles à la déshydratation. Etant peu vascularisées, elles sont particulièrement fragiles.



Y A T-IL PLUSIEURS VARIETES DE TENDINITE D'ACHILLE ?



Oui

la plus fréquente est due à une inflammation du corps du tendon ou de sa périphérie (péri-tendinite). Si l'inflammation est plus chronique, on parle de tendinite chronique ;

lorsque l'inflammation intéresse l'insertion basse du tendon sur le calcanéum, on parle de tendinite d'insertion ;

la bursite : les petits coussinets de protection en avant et en arrière du tendon s'inflamment et augmentent de volume.



LES CAUSES de la TENDINITE D'ACHILLE

Des tendons particulièrement courts, étroits et raides.

Un manque de souplesse.

Une déshydratation pendant et après l'effort.

Un excès d'acide urique dans le sang, qui peut être responsable de la goutte, nécessitant un régime alimentaire (diminuez votre consommation de viande pendant quelques semaines).

Un trouble morphologique de la voûte plantaire (pieds creux ou pieds plats).

Une pathologie chronique du tendon (maladie rhumatismale).

Un foyer infectieux dentaire ou oto-rhino-laryngologie (ORL).



Au début, la tendinite apparaît à froid, au repos ; elle disparaît lors de l'échauffement. Si la douleur persiste, c'est que la blessure est à un stade avancé. L'examen clinique est morphologique : statique sur un podoscope , biodynamique en marchant. Il comprend un examen local du tendon, afin de différencier les diverses formes pathologiques.

Vous devez toujours amener vos chaussures d'entraînement à la consultation, afin que le médecin puisse y déceler une éventuelle usure anormale de la semelle.La durée de vie des chaussures d'un coureur est de 1000 km environ.







COMMENT SOIGNER LA TENDINITE D'ACHILLE ?
COMMENT SOIGNER LA TENDINITE D'ACHILLE ?
Il faut :

une période de repos sportif

des séances chez un masseur-kinésithérapeute, privilégiant les étirements musculo-tendineux et les massages transverses profonds

en fonction du degré d'inflammation du tendon, le médecin prescrit des anti-inflammatoires par voie générale ou locale (gel ou patch)

2 à 3 séances de mésothérapie
une talonnette pour soulager votre tendon d'Achille

un podologue doit réaliser une paire de semelles plantaires sur moulage, pour corriger si nécessaire un trouble architectural de vos pieds.

En l'absence d'amélioration malgré ce traitement médical bien conduit pendant plus de 6 mois, le recours à la chirurgie donne de bons résultats. Patientez deux à quatre mois après l'intervention, avant de reprendre votre sport favori.


COMMENT PREVENIR UNE TENDINITE D'ACHILLE ?

Il existe un certain nombre de facteurs à éviter, car ils favorisent l'apparition de ces tendinites



Ne pas savoir s'arrêter aux premiers signes d'alerte (douleur à froid le matin, qui va persister de plus en plus longtemps dans la journée)


Entraînement trop important par rapport à votre capacité de récupération.


Abus d'entraînement sur sol dur, trop mou (par exemple, sur du sable) ou synthétique.


Chaussures usées.


Excès d'entraînement de compétition ou en résistance.


Insuffisance de l'assouplissement musculo-tendineux.


Excès d'acide urique par déshydratation et/ou abus de viande.


Oubli de l'hydratation avant, pendant et après l'effort.


Mauvais état de votre dentition .



CONCLUSION

FACILE A DIAGNOSTIQUER, LA TENDINITE D'ACHILLE PEUT ETRE TRES HANDICAPANTE.

N'hésitez jamais à vous étirer les mollets.

Votre épaule présente un problème de souffrance des tendons de la coiffe des rotateurs qui permet normalement à votre épaule de se mouvoir de façon libre et indolore. Normalement, les tendons coulissent dans un espace étroit entre la tête de l'humérus et l'acromion. A l'occasion d'un surmenage (brutal ou chronique) ou d'une chute, les tendons s'enflamment et provoquent des douleurs. Souvent ces problèmes sont favorisés par un mauvais fonctionnement de l'épaule. Lors des mouvements de l'épaule, la tête de l'humérus à tendance à vouloir sortir de son articulation vers le haut et les tendons viennent "frotter" sur l'acromion et un ligament en forme de faux. Il est très important de corriger ce mauvais fonctionnement car à long terme les tendons peuvent venir se rompre sur cette faux lors d'un mouvement brusque.

Le traitement de ces douleurs reposent sur plusieurs choses :

1. Protéger son épaule :
Afin d’empêcher l’aggravation des douleurs, il est indispensable, pendant toute la phase douloureuse de mettre au repos votre épaule. Il faut donc diminuer ou arrêter les activités contraignantes pour celle-ci :

- Éviter les tractions prolongées sur l'épaule : port de charges lourdes (valises, cartables,...), promenade avec un chien tirant sur sa laisse, pratique de la planche à voile sans harnais

- Éviter les positions de contraintes : travail au-dessus du plan des épaules : plus les bras sont en hauteur et plus les épaules travaillent, évitez les plans de travail trop hauts, se servir d'escabeau ou d'échelle pour atteindre des étagères ou pour travailler à bonne hauteur

- Éviter le travail à bout-de-bras : là aussi, les épaules sont surmenées, travaillez donc le plus près possible du corps (port de charges, taille de haies,...)

- Éviter les stations prolongées sur les coudes, sur la plage par exemple qui surcharge également les épaules

Les activités sportives pourront être reprises à la guérison de façon très progressive en corrigeant le geste technique mal exécuté si nécessaire. Une attention particulières sera portée sur l'échauffement en début de séances et sur les étirements en fin de séances.

Le traitement qui a été entrepris vise à éliminer l'inflammation des tendons, puis si nécessaire à éliminer ou à corriger les gestes responsables du surmenage de l'épaule. Enfin, en cas de mauvais fonctionnement, des séances de rééducation seront nécessaires afin de stabiliser la tête de l'humérus.

2. Supprimer la douleur :
Outre la mise au repos, différents traitements antalgiques peuvent être proposés en fonction de l’importance des douleurs :

· Médicaments antalgiques et anti-inflammatoires

· Physiothérapie : glace, ultrasons…

· Infiltrations : dans certains cas, quand l’inflammation est trop importante, une ou plusieurs infiltrations peuvent être nécessaires (en général, pas plus de 3). L’intérêt de cette infiltration est double : d’une part, elle permet de stopper l’inflammation et ainsi de réduire la douleur et d’autre part en réduisant la douleur elle permet d’effectuer dans de bonnes conditions la rééducation. Le produit injecté est bien sûr de la cortisone mais il n’y a pas lieu d’en avoir peur. Bien faite et au bon moment, elle peut éviter des mois de douleurs et de rééducation ou même la chirurgie.

3. Rétablir un bon fonctionnement de l'épaule : la rééducation
Afin d’améliorer le fonctionnement de l’épaule, des séances de rééducation peuvent être prescrites par le médecin. Les techniques kinésithérapiques sont fonction du bilan fonctionnel médical préalable. Pour que cette rééducation soit efficace, il est impératif que les techniques soient parfaitement exécutées et adaptées à chaque patient. Malgré cela, il est quelquefois nécessaire d’en changer au bout de quelques séances car toutes ne marchent chez tous les patients. Les principales techniques sont les suivantes :

· Travail de l’omoplate (libération du moignon de l’épaule)

· Récupération des mobilités manquantes de l’épaule

· Recentrage de la tête humérale avec renforcement progressif des abaisseurs de l’épaule

· Applications dans la vie quotidienne et professionnelle.



Voilà
Sinon:
Comment éviter? Echauffement, boire bcp d'eau

Comment soigner? D'abord repos 15 jours, glaçon sur la douleur, ketum ou autre, Mésothérapie si vraiment pas d'amélioration

Mercredi 14 Février 2007 22:38

Alléger sa raquette peut aussi être efficace

Jeudi 15 Février 2007 02:48

Infiltration, en général très efficace et sans danger si on en fait qu'une (sauf contre-indication...). J'ai eu pas mal de tendinites (épicondylite, épitrochléite...sous le coude), seules les infiltrations en sont venues à bout.
"Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait" - Mark Twain.

Jeudi 15 Février 2007 20:27

C'est un sujet dans gégéral et pas ( technique et tactique ) s'il était possible de déplacer le sujet svp ! Émoticône

Jeudi 15 Février 2007 21:07

c'est surtout un doublon (voire triplet...) Émoticône

Mercredi 05 Décembre 2007 23:18

Tendinites du genou -> plus d'entrainement -> plus de match

Très grosses coupures sportives sans résultats probants, inefficacité des prestataires de santé et indépendance des services, aucune tracabilité et suivi de mon dossier, j' aimerais avoir l'avis d'un médecin du sport pour déterminer mon avenir dans le Tennis de Table.

Samedi 27 Février 2010 01:10

Citation de Dico :
Votre épaule présente un problème de souffrance des tendons de la coiffe des rotateurs qui permet normalement à votre épaule de se mouvoir de façon libre et indolore. Normalement, les tendons coulissent dans un espace étroit entre la tête de l'humérus et l'acromion. A l'occasion d'un surmenage (brutal ou chronique) ou d'une chute, les tendons s'enflamment et provoquent des douleurs. Souvent ces problèmes sont favorisés par un mauvais fonctionnement de l'épaule. Lors des mouvements de l'épaule, la tête de l'humérus à tendance à vouloir sortir de son articulation vers le haut et les tendons viennent "frotter" sur l'acromion et un ligament en forme de faux. Il est très important de corriger ce mauvais fonctionnement car à long terme les tendons peuvent venir se rompre sur cette faux lors d'un mouvement brusque.
Le traitement de ces douleurs reposent sur plusieurs choses :

1. Protéger son épaule :
Afin d’empêcher l’aggravation des douleurs, il est indispensable, pendant toute la phase douloureuse de mettre au repos votre épaule. Il faut donc diminuer ou arrêter les activités contraignantes pour celle-ci :

- Éviter les tractions prolongées sur l'épaule : port de charges lourdes (valises, cartables,...), promenade avec un chien tirant sur sa laisse, pratique de la planche à voile sans harnais

- Éviter les positions de contraintes : travail au-dessus du plan des épaules : plus les bras sont en hauteur et plus les épaules travaillent, évitez les plans de travail trop hauts, se servir d'escabeau ou d'échelle pour atteindre des étagères ou pour travailler à bonne hauteur

- Éviter le travail à bout-de-bras : là aussi, les épaules sont surmenées, travaillez donc le plus près possible du corps (port de charges, taille de haies,...)

- Éviter les stations prolongées sur les coudes, sur la plage par exemple qui surcharge également les épaules

Les activités sportives pourront être reprises à la guérison de façon très progressive en corrigeant le geste technique mal exécuté si nécessaire. Une attention particulières sera portée sur l'échauffement en début de séances et sur les étirements en fin de séances.

Le traitement qui a été entrepris vise à éliminer l'inflammation des tendons, puis si nécessaire à éliminer ou à corriger les gestes responsables du surmenage de l'épaule. Enfin, en cas de mauvais fonctionnement, des séances de rééducation seront nécessaires afin de stabiliser la tête de l'humérus.

A force de m'entraîner comme une brute, j'ai fini par avoir un début de tendinite à l'épaule droite. Depuis mercredi, le geste du coup droit devient progressivement douloureux au fil d'un match. Je ne vai plus jouer pendant une semaine, c'est à dire jusqu'aux Individuels du 6 mars. Si ça ne suffit pas, j'envisage de ne plus jouer du tout - en dehors des matchs de compétition - jusqu'à l'été. Est ce que cette alternative à un arrêt total du ping est un compromis ridicule ? Ou est ce que cela peut permettre une guérison ?

Samedi 27 Février 2010 08:09

Citation de Gilles71 :
Infiltration, en général très efficace et sans danger si on en fait qu'une (sauf contre-indication...). J'ai eu pas mal de tendinites (épicondylite, épitrochléite...sous le coude), seules les infiltrations en sont venues à bout.


Bien d'accord, sauf qu'à trouver un médecin qui accepte de t'en faire, c'est très difficile. Ils préfèrent généralement te prescrire le repos et les anti-inflamatoires, voir les séances de kiné. Tout ce qui est long, coute cher et rarement efficace. Pour qu'on retourne les voir, 6 semaines plus tard, toujours aussi handicapé...J'en ai même rencontré un qui prétendait que les infiltrations pouvaient générer une calcification prématurée...Le mieux est d'aller voir un chirurgien spécialisé dans les articulations.
J'ai un tennis-elbow en ce moment et j'enrage...!

Samedi 27 Février 2010 09:19

moi j'ai tendinte aux deux genoux mais surtout le gauche je suis gaucher et je defends avec pl traditionnellement mais j'en ai une effroyable a l'eapule et au coude a cause de tennis un sport qui ne sert qu'a se detruire !!!!!!!!!!!

Samedi 27 Février 2010 15:26

Citation de STing Force Set :
Tendinites du genou -> plus d'entrainement -> plus de match

Très grosses coupures sportives sans résultats probants, inefficacité des prestataires de santé et indépendance des services, aucune tracabilité et suivi de mon dossier, j' aimerais avoir l'avis d'un médecin du sport pour déterminer mon avenir dans le Tennis de Table.


J'ai eu une aussi au genou gauche, j'ai du arreter un long moment, puis mon médecin généraliste m'a fait reprendre le sport avec une genouillère de contention, pour m'empêcher de forcer sur le genou, ça a duré plus de 8 mois, et aujourd'hui encore, je dois faire attention, pas faire de sport trop longtemps ... fin une tendinite c'est la galère assurée

Samedi 27 Février 2010 17:30

Citation de Dico :
épicondylite : c’est la tendinite du coude des pianistes.


Jouez du violon, il y a 0% de tendinites.

Samedi 27 Février 2010 20:11

Citation de STing Force Set :
Tendinites du genou -> plus d'entrainement -> plus de match

Très grosses coupures sportives sans résultats probants, inefficacité des prestataires de santé et indépendance des services, aucune tracabilité et suivi de mon dossier, j' aimerais avoir l'avis d'un médecin du sport pour déterminer mon avenir dans le Tennis de Table.
+1

Samedi 27 Février 2010 21:27

Pour être justement passé par là: épicondylite au coude et tendinite au long biceps (à l'épaule) je peux vous témoigner de mon parcours.
Mon cas est un peu spécial car la tendinite est sans doute suite à mon diabète mais ça restent une tendinite (enfin deux)

Ca a commencé par quelques douleurs dans l'avant bras, le dessus près du coude mais jamais très longtemps et souvent après un long entrainement ou tournoi.
Ensuite j'ai eu mal à l'épaule en tenant mon gamin dans mes bras, un peu comme une pointe dans le creux de l'épaule.

Donc: consultation du médecin généraliste = probable épicondylite et tendinite à l'épaule => repos et visite spécialiste en clinique
Le spécialiste : confirme le premier verdict et m'explique que l'épaule est la suite de celle du coude non soignée. La tendinite empêche d'effectuer le mouvement à 100%, donc l'épaule compense pour la différence au coude (ce qui m'explique que je jouais nettement moins bien aussi vu tous les gestes modifiés)
Il demande deux échographies et deux radios (au cas où il y aurait eu autre chose)
Les échos confirment les tendinites (surtout celle de l'épaule, c'est la première fois que je peux la distinguer nettement sur un écran d'écho)

Les soins: repos (je n'ai pas joué au ping de fin septembre à début février), kiné et scéances d'ondes de chocs.
Pour l'anecdote, les ondes de chocs accélèrent le processus de guérison mais c'est très douloureux (le coude et l'épaule étaient tout bleu après les premières scéances)

Maintenant, je peux reprendre le ping tout doucement.

Mais un seul conseil (je ne suis pas médecin), si vous avez mal, si vous avez un doute, faites vérifier par un spécialiste, ça pourrait éviter des compliquations inutiles.
"Brule la gomme, pas ton âme" http://www.objectif-moto.com

Dimanche 07 Mars 2010 22:03

Je n'ai pas d'action chez Compex, mais je recommande cet électro-stimulateur pour les tendinites récalcitrantes.
On en trouve moins cher sur e-bay, sinon c'est cher mais très fiable comme appareil et surtout efficace dans la durée.
( avec le tennis, les tendinites, j'ai donné ... )
Message modifié 1 fois, dernière modification Dimanche 07 Mars 2010 22:03 par violoniste18

Lundi 08 Mars 2010 11:20

Citation de violoniste18 :
Je n'ai pas d'action chez Compex, mais je recommande cet électro-stimulateur pour les tendinites récalcitrantes.
On en trouve moins cher sur e-bay, sinon c'est cher mais très fiable comme appareil et surtout efficace dans la durée.
( avec le tennis, les tendinites, j'ai donné ... )

Bonjour

J'ai acheté un sanitas sem40 pas cher qui a plusieurs programmes TENS, EMS et massages. Ma tendinite du bras a fortement régressée, cumulé avec de la glace et des huiles essentielles fourni par un herboriste, je n'ai plus de douleurs comme avant. Certes il reste un petit quelque chose, mais ne me gène plus pour jouer.
Nous n'avons surement pas le même vécu, la même famille, la même souffrance !

Lundi 08 Mars 2010 19:34

j'ai une tendinite au bras droit que je traine depuis début janvier , au départ j'avais ultra mal quand je topé et pendant les vacs l'arrêt de 1 semaine a été une bonne affaire , depuis 2 semaine je ne m'entraine que à plat ou en relance sur les "djeuns". Mon docteur m'a dit d'y aller doucement , d'autre part j'avais un bandage tout autour du coude , mais finalement je vais me prendre une prothèse style tennis elbow.

Biensur en compèt je me lache^^ mais sa me fait plus rien du moins pr l'instant

Lundi 08 Mars 2010 20:37

Citation de MIC22 :


J'ai acheté un sanitas sem40 pas cher qui a plusieurs programmes TENS, EMS et massages. Ma tendinite du bras a fortement régressée, cumulé avec de la glace et des huiles essentielles fourni par un herboriste, je n'ai plus de douleurs comme avant. Certes il reste un petit quelque chose, mais ne me gène plus pour jouer.


Merci pour l'info. Ton electro stimulateur, tu l'utilises combien de temps, à quelle puissance, quelle fréquence ? Comment le places-tu ? Et tes huiles essentielles, comment s'appellent-elles ? Es-tu conseillé par un médecin ou est-ce de l'auto-médication ?

Lundi 08 Mars 2010 20:38

contaminé aussi (le poignet)
la douleur, je fais avec pour le moment mais c'est plutôt dur psychologiquement (obligé de passer de 10/15h de pratique hebdo à moins de la moitié)
ça fait chier après seulement 1 an de pratique, je suis encore plus qu'hyper motivé pour progresser
mais comme il n'y a que le repos qui vaille...
courage à tous !

Lundi 08 Mars 2010 23:08

Message modifié 1 fois, dernière modification Mercredi 16 Juin 2010 17:35 par test123456

Vendredi 12 Mars 2010 23:58

Comme Diabolo, les ondes de choc sont la seule technique efficace sur mon épitrochéite de 4/5 ans (de l'autre côté du coude, plus rare et plus tenace qu'une épicondylite). C'est effectivement très douleureux, mais supportable avec de la crème anesthésiante Emla que j'ai eu la bonne idée de demander à mon médecin. Les infiltrations n'étaient plus efficaces.
Hélas très peu de kinés sont équipés d'ondes de choc.
"Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait" - Mark Twain.
2
3
83 messages

Vous êtes ici : Accueil > Forums > Techniques et tactiques